lundi 30 décembre 2013

Brésil: sous les cocotiers de Bahia



Récit de voyage de la team Terra Brazil, par Agathe Guy, gérante, et Nivea Atallah, conseillère voyage.

A notre tour, en cette fin d'année, de boucler les valises pour nous évader de notre vie Carioca si tranquille. Direction Bahia et plus particulièrement la côte de Coco.

Aprés avoir parcouru une cinquantaine de kilomètres et sa succession de plages aux noms célèbres - Arembepe, Imbassai - nous arrivons à Praia do Forte, sa vedette. 

Petit village de pêcheur qui, contrairement à ses voisins, a privilégié un aménagement plûtot bien réussi pour accueillir de nombreux visiteurs, Praia do Forte est également reconnu pour accueillir le projet Tamar – centre d’étude et de protection des tortues dont la région regorge.

Praia do Forte - Brésil

Ne vous attendez pas à lire ici nos exploits de trek sur des sommets enneigés ou nos balades marines en compagnie de requins – nous devions rester fidéles au côté mélo et tranquille de la région et ne surtout pas trop en faire...

Praia do Forte - Equipe Terra Brazil

Caipirinha de Caju (fruit de la noix de Cajou), Caipirinha de Maracujá (Fruit de la passion), Caipirinha de Acerola (Cerise des Antilles trés riche en vitamine C) – le choix fut difficile donc nous les avons toutes goûtées.

Agathe et Nivea a Praia do Forte - Brésil

Nous partageons donc volontiers la recette de la Caipirinha, c'est cadeau.
Allez, trêve de plaisanterie.
L'esprit de curiosité propre à notre métier a bien évidemment repris le dessus: Nivéa, Luc et Luiza sont partis à la découverte de Mangue Seco, situé à une centaine de kilometres de Praia do forte. Nivea nous en a ramené son histoire et quelques jolies photos.

Mangue Seco, la terre de Tieta do Agreste - récit de Nivéa

Dunes de sables blancs, Mangue Seco - Brésil


L’endroit : Mangue Seco, un petit village de pêcheurs perdu entre immenses dunes de sable blanc et cocotiers, au nord de Bahia

La femme : Tieta do Agreste, célèbre personnage de Jorge Amado, un des plus grands auteurs brésiliens.

L'histoire: on raconte que la chevrière Tieta, adolescente, fut rejetée par son père pour avoir perdu sa virginité. Une vingtaine d’années plus tard, riche, la fille prodigue revient dans sa ville: Mangue Seco.

Plage de Mangue Seco - Brésil

Depuis 1977, année de publication du livre, l’histoire pleine de sensualité et de critique sociale a été adaptée pour le cinéma et la télévision. 

Flashback musical avec le générique de la telenovela Tieta (1986), inspirée du roman de Jorge Amado et grand succès de la télévision au Brésil:

                              

Mangue Seco est alors devenue une destination touristique. Les choses n’ont pas l’air d’avoir changé. Nous sommes encore dans un tout petit village de 300 habitants avec ses 45 km de plage déserte coincée entre les dunes qui se déplacent sous l’effet du vent. 
Mangue Seco, village de pêcheurs au Nord du Brésil

Les cocotiers Romeu et Julieta de Mangue Seco - Brésil

Centre commercial de Mangue Seco - Brésil

Centre-ville de Mangue Seco - Brésil


Excursion  en Buggy à Mangue Seco - Brésil

Buggy sur les dunes de Mangue Seco - Brésil

Plage de sables blancs, Mangue Seco, Brésil

Consultez notre circuit spécial Mangue Seco.

Salvador de Bahia, récit d'Agathe.

De mon côté, j’avais la lourde tâche de faire découvrir à Fabiana et sa petite fille Victoria, cette fantastique ville regorgeante de sensualité : Salvador de Bahia.

Nous avons naturellement commencé par l’église de Bonfim, centre religieux très important pour les bahanais et symbole du syncrétisme de Bahia.


Eglise de Bomfim - Salvador de Bahia, Brésil


Touristiquement parlant, elle est surtout très connue pour un rituel particulier: impossible d’arriver à Bahia sans se voir offrir uma fita do Bonfim, petite bande de tissu coloré que chaque visiteur prendra le soin d’attacher sur la grille de cette église ou ailleurs en réalisant un ou plusieurs voeux...

Puis route vers le Pelourinho, nous laissons la voiture volontairement du côté de la cidade Baixa (Ville basse) pour emprunter l’ascenseur Lacerda,  symbole de la ville, reliant la ville haute à la ville basse.

La ville haute est surtout connue pour son centre historique ou le Pelourinho. Ce dédale de rues pavées aux façades colorées nous fait déambuler au milieu des églises baroques (église são Francisco), musées (Musée de Jorge Amado), boutiques et restaurants aux saveurs dégagées par les odeurs d’Acarajé, une agréable promenade au rythme des danseurs de Capoeira.

Pelourimho, Salvador de Bahia, Brésil

Le temps de se perdre dans ce tourbillon de sensations et il est déjà l’heure de partir. Sur le chemin du retour, je regrette de ne pouvoir assister aux démonstrations de Batucada prenant place à l’improviste, dans ces petites ruelles colorées. Le groupe le plus célébre reste sans conteste la formation Olodum.


Notre dernier jour sera accompagné de pluies torrentielles et nous devons reprendre la route au milieu d’un chaos de voitures. Le vote est unanime: la conduite bahanaise est surprenante...

Il s’agissait là d’une petite mise en bouche timide, l’année 2014 promet pour Terra Brazil de beaux voyages et de belles explorations. Nous allons faire parler de nous: dans la famille ascension je demande le Mont Roraima ...

Pour plus d'informations, consultez notre page dédiée à la région Bahia : http://www.tourisme-bresil.com/regions/bahia-et-salvador/special-bahia.html
 
Contactez Nivea de Terra Brazil pour plus d'informations:  

Visualisez le voyage réalisé par la team Brazil sur la carte ci-dessous:



Afficher Brésil: sous les cocotiers de Bahia sur une carte plus grande

lundi 16 décembre 2013

Colombie: La route du café





Par Julie Ligny, gérante de Terra Colombia



 




Découvrir la région du café en Colombie, c’est avant tout un voyage et une immersion dans un monde de sensations, d’odeurs, de couleurs.. C’est une effervescence des sens.

L’une des boissons les plus consommées au monde n’aura plus de secrets pour vous si vous décidez de vous rendre dans les vallées de l’EJE cafetero, la région caféière de Colombie.

Armenia, Pereira, Manizales… ces noms ne vous disent peut-être rien, mais ce sont respectivement les capitales des régions de Quindio, Risaralda et Caldas où se concentre la majeure partie de la production colombienne. 

Champs de café - Colombie

En repérage dans cette région avec Jérome, le fondateur de Terra Colombia, nous avons visité de nombreuses fincas qui non seulement nous ont ouvert leurs portes, mais nous ont initié à la fabrication des plus grands crus de Colombie.

Après quelques jours dans cette région, je ne buvais plus mon café de la même manière...
Récit d’une découverte aromatique...

Le Café de Colombie

C’est au cœur d’une hacienda de plusieurs dizaines d’hectares que l’apprentissage commença. Nous décidons de louer une voiture afin de bien s’imprégner des routes, des villages, et de rendre visite à un maximum de producteurs afin de sélectionner les meilleures fincas pour nos clients. 

Hacienda typique de la région du café en Colombie

Au son de Carlos Vives, nous découvrons la Colombie authentique, celle des producteurs de café, des saisonniers des temps de récolte, des enfants des campagnes, mais aussi celle de la lutte quotidienne pour pouvoir vendre le café au prix du marché mondial, ce qui est difficile ces derniers temps en Colombie.


Nous visitons les villages caféiers à cheval, parcourons des sentiers de plantations à pied, à la recherche des meilleurs grains. Tels des chercheurs d’or ou des « nez », nous jouons aux découvreurs de café et aux l’explorateur de senteurs ! 

Découverte de la région du café à cheval
 
La route du café à cheval - Colombie

Après une visite des plantations, le producteur nous explique le processus de fabrication : il faut d’abord dépulper la graine. Les grains qui ont atteint un état de maturité complète (rouge ou jaune ) sont cueillis. Tout ce processus est fait à la main.

Le jour même de la cueillette, les grains de café sont dépulpés pour enlever ainsi la cerise du grain. Après un temps de fermentation, les graines sont lavées avec de l’eau propre. 

Récolte de café en Colombie

Après le lavage, les grains sont exposés au soleil afin de diminuer le taux d’humidité et faciliter ainsi leur conservation. Le grain sec est emballé dans des sacs en raphia qui facilitent leur transport. 


Le séchage des grains de café

Le tri des grains de café

Triage du café en Colombie

Sacs de café - Colombie

Stade ultime du processus et moment privilégié de toute visite : la torréfaction du café,  quand se dégagent les arômes frais des graines de café fraichement moulues.


Torréfaction du café - Colombie

C’est justement autour des arômes qu’a eu lieu notre visite la plus marquante : nous somme littéralement entrés dans les laboratoires de la finca San Alberto, pour un cours d’éveil des sens: apprendre à reconnaitre un bon café en observant sa texture, ses couleurs, ses arômes, sa robe..

Atelier dégustation de café

Telle une dégustation de vins, nous avons comparé différents cafés et sommes repartis avec la certitude d’avoir décrypté l’une des boissons les plus conviviales au monde, et d’en être sortis plus savants. A la fin, nous avons pu repartir avec notre café que nous avons nous-mêmes moulu !

Filtrage du café - Colombie


Laboratoire du café - Colombie

La région du café est également un terrain de jeu pour les amateurs de randonnées et d’activités outdoor. Nous en avons donc profité pour nous lancer à 80 mètres au-dessus des champs de café, faire un tour en willys (petite voiture tout terrain utilisée à l’époque pour transporter le café, et aujourd’hui les touristes), et marcher dans la vallée de Cocora pour admirer les fameux palmiers de cire, l’arbre national. 


Canopy au dessous des champs de café en Colombie


Willys - Région du café, Colombie


Les palmiers de cire - Vallée de Cocora, Colombie

Sur ces beaux paysages et cet arrière-gout de café San alberto, nous quittons les vallées humides de la région du café pour nous plonger dans la composition de programmes divers et variés pour nos futurs clients Terra Colombia, qui nous l’espérons, repartiront avec une manière différente de boire leur café. 

Julie Ligny
Gerante Terra Colombia
julie.ligny@terra-group.com



Visualisez ce circuit dans la région du café en Colombie sur la carte ci-dessous:


Afficher Colombie: la route du café sur une carte plus grande

dimanche 1 décembre 2013

Mexique - Snorkeling avec les requins baleines






Par Sandra Chatenet, conseillère voyages chez Terra Maya






Un rêve qui devient réalité ! J’avais raté à quelques semaines près la migration des requins baleines l’année dernière, je m’étais promise d’y aller en 2013. Cela faisait des mois que j’attendais ce moment… plonger avec le plus grand poisson au monde… c’est maintenant chose faite ! 

Ces géants des mers mesurent 15 - 20 mètres de long pour autant de tonnes… Ils migrent au large des îles Isla Mujeres et Holbox de mi mai à mi septembre pour se nourrir de bancs de plancton.  Départ vendredi midi pour Isla mujeres, petite île paradisiaque face à Cancun, loin du tourisme de masse.

Sandra, Isla Mujeres et Holbox - Mexique

Ses plages de sable blanc, ses cocotiers et ses couchers de soleil sont tout simplement magiques. « Magique » c’est d’ailleurs l’adjectif qui décrira le mieux mon week end. Je rejoins mon hôtel et m’endort en écoutant la mer des caraibes.
 
Le lendemain, pas besoin de réveil, je saute du lit à 6 heures du matin, j’ai hâte, le temps est splendide, il n’y a pas un nuage à l’horizon. 9h, je suis sur le ponton, le bateau arrive, l’aventure peut commencer !

Ponton de plongée - Mer des Caraibes au Mexique

Sandra - plages de sables blancs, Caraibes, Mexique


Je rejoins des clients, la famille Patin pour l’excursion. C’est avec plaisir que je les retrouve en fin de circuit : ils sont venus pour un mariage à Monterrey et nous leur avons organisé un circuit à Mexico et dans le Yucatán. Ils sont ravis, me racontent leur voyage. Trente minutes de bateau sur une mer d’huile, l’excitation est à son comble.

Nos guides francophones nous mènent droit sur la zone où se forme une concentration exceptionnelle de plancton due au réchauffement de l’eau et à l’action des différents courants océaniques. Les requins baleines ne sont pas les seuls à profiter de ce festin : dans la famille « géants de la mer » je demande les raies mantas ! Mesurant de 4 à 7 mètres d’envergure (vous avez bien lu), elles donnent l’impression de voler sous l’eau. Il faut le voir pour le croire. 

Tristan Reger, gérant de Terra Maya, ira la semaine suivante faire cette même excursion depuis Holbox ; il aura la chance d’en voir une sauter littéralement hors de l’eau à une dizaine de mètres de son embarcation. Une première fois à l’endroit… demi tour sous l’eau et deuxième saut le ventre en l’air !

On se met enfin à l’eau, armés de nos masques et de nos tubas.

Parée pour le snorkeling - plongee avec Terra Maya

Nous avons de la chance, des dizaines de requins baleines entourent le bateau.


Requin Baleine - Mer des Caraibes au Mexique

Mon premier saut est impressionnant, je me retrouve nez à nez avec un requin baleine la gueule grande ouverte ! Ils sont totalement inoffensifs mais ne changent pas pour autant leur trajectoire. Je nage rapidement de coté en poussant un cri de surprise dans mon tuba. Nous passons trois heures à palmer, les yeux ébahis face à ces monstres de 15 mètres. Pour couronner le tout, nous avons aussi eu la chance de voir plusieurs raies mantas.

Il est pas facile de nager et de filmer en même temps (c’est que ça nage vite un poisson de cette taille !), mais j’ai quand même réussi à prendre quelques prises sous l’eau. Je vous présente mon nouvel ami le requin baleine :


                         


Au retour chacun est plongé dans ses pensées sur le bateau… et après s’être levé tôt, l’estomac commence à se réveiller. Cap Isla Mujeres pour se dessaler et manger un bon Ceviche. On n’a pas envie de se battre avec nos amis de Terra Andina Peru: oui le ceviche est bien péruvien, mais la version mexicaine vaut aussi son pesant de cacahuètes…


Ceviche Isla Mujeres - Mexique

Après une bonne collation, nous partons faire le tour de la petite île à bord d’une voiturette de golf. Dernières photos avec la famille Patin, l’heure est maintenant aux adieux… Ils rejoignent leur hôtel à Playa del Carmen tandis que je reste une nuit supplémentaire à Isla Mujeres.

Balade en voiturette sur Isla Mujeres, Caraibes, Mexique

Nous vous proposons un petit module combinant une visite du site archéologique de Ek Balam et un petit séjour sur l’île d’Holbox pour tenter l’aventure. Découvrez notre circuit plongée Le Grand Bleu . Si vous venez, on se croisera peut-être sous l’eau, car, dès l’année prochaine, c’est sur, j’y retourne !

A bientôt en terres mayas,


Sandra CHATENET

Visualisez cette excursion au Mexique sur la carte ci-dessous:

Afficher Mexique - Snorkeling avec les requins baleines sur une carte plus grande

lundi 11 novembre 2013

Chili: Trek Torres del Paine, challenge relevé par les équipes Terra Patagonia





Récit de Cassandre, Terra Chile






Séminaire annuel des équipes Terra Chile & Terra Argentina au parc Torres del Paine

C’est le Chili et le Parc Torres del Paine qui ont été choisis cette année pour être le théâtre du séminaire annuel des équipes d’Argentine: Antoine, Sebastián, blessé au genou mais présent, Jackie la patagonne, Sophie-Gigi top-model pour North Face ; et du Chili : Florian, Sébastien ou Jacky Durand, Nicolas le Kenyan Blanc, Anaïs le maillot jaune, Édouard le poney perlant, et Cassandre le maillot blanc.

Se connaître ou se re-connaître, renforcer les liens, faire le point sur la saison qui arrive et découvrir le Chili plus en profondeur étaient les principaux objectifs de ce trek mythique du W. Sans aucun doute, ils ont été atteints ! 

Au programme : 4 jours de trek dans l’une des merveilles naturelles du monde, en fin d’hiver et en autonomie. Vamos a Patagonia !

La joyeuse troupe des randonneurs Terra Chile & Terra Argentina

Arrivés à Puerto Natales avant l’équipe argentine, l’équipe Chili s’attelle aux courses, 1ère épreuve primordiale pour le confort (et même la survie) de tous. On retrouve ensuite les argentins à l’aéroport : les 4 patagons de Bariloche nous attendent, enthousiastes ! Après ces (re)trouvailles chaleureuses, nous mettons le cap sur Puerto Natales, porte d’entrée du Parc mythique Torres del Paine. La réception de l’hôtel à Puerto Natales se souviendra longtemps de notre passage : c’est là que nous nous sommes répartis la nourriture et le matériel dont nous aurions besoin pendant 4 jours. Quel chaos !

Alors que certains prenaient un dernier verre sur la terrasse panoramique de l’hôtel, d’autres sont allés se coucher tôt. 

Le deuxième jour, nous débarquons au refuge Grey, point de départ du trek, après une belle navigation sur le lac du même nom. Nous sommes les seuls à descendre de l’embarcation, les seuls fous à faire le trek hors-saison ! Alors que nous hésitons déjà sur la route à prendre, le Kenyan blanc nous aide à trouver la voie. En chemin, nous croisons un bûcheron chilien qui fait penser à l’acteur principal du film Into the Wild. Le ton est donné : pendant 4 jours, nous serons loin de la civilisation ! 

Le Glacier Grey, tantôt gris ...

Le Glacier Grey, version bleue - Chili, Patagonie

Nous commençons le trek sur les chapeaux de roue, et arrivons assez vite sur une crête, d’où la vue sur les glaciers et les lacs environnants est à couper le souffle. Nous n’avons de cesse de prendre des photos : les paysages sont magnifiques, le vent est cinglant, mais le soleil est au rendez-vous, et le restera tout au long du trek, dans cette région pourtant réputée pour connaître les 4 saisons en un jour !
Vue depuis la crête - Parc Torres del Paine, patagonie chilienne

Profitant de la lumière sublime du coucher du soleil jusque dans les flaques d’eau, nous arrivons à la tombée de la nuit au refuge Paine Grande… qui est ouvert, et qui fait face au massif Paine Grande ! Ainsi émerge le leitmotiv du trek : nous avions prévu de dormir en tente… mais préférons dormir sous un toit. Courageux mais pas téméraires… 

Les refuges en pré-saison n’ont rien de luxueux (mais cela fait partie de l’aventure !) : une seule douche d’eau chaude ouverte, l’électricité coupée à 22h, pas de serviette de toilette ou de drap à disposition… mais du chauffage dans la pièce commune qui nous fait le plus grand bien à tous ! La première journée de marche n’a pas été longue (3h30), mais celle qui s’annonce le sera (10h).


Départ de la troupe du Refuge Paine Grande - Patagonie, Chili

Massif Paine Grande - Parc National Torres del Paine, Chili

Le lendemain, départ pour la plus grosse journée de trek… Alors que certains pourraient être démotivés par cette perspective, cela ne fait qu’enthousiasmer notre belle équipe dont les membres apprennent à se connaître, exception faite des deux gérants qui semblent être amis depuis belle lurette. Anaïs, déjà maillot jaune la veille, en remet une couche aujourd’hui : première au Campement Italiano, première en haut de la Vallée del Francés, première du deuxième groupe au refuge Cuernos


Arrivée au campement Italiano, Parc Torres del Paine, Patagonie chilienne

L’équipe s’est néanmoins divisée, le genou de Sebastián faisant des siennes et le maillot jaune qui joue l’intox à l’arrière du peloton. Alors que certains s’enfoncent dans la Vallée del Francés (l’une des plus belles étapes du trek), couverte de neige, d’autres continuent tant bien que mal, direction le refuge Cuernos. Les paysages se font plus boisés, plus verts, mais toujours aussi sauvages et superbes. Lac sur la droite, massif des Cuernos sur la gauche. La première équipe, à peine arrivée au refuge, s’emparent des lits. 

Vallée du Français, enneigée - Patagonie, Chili

Vue depuis la Vallée del Francés - Parc Torres del Paine, Chili
       
Cette nuit encore, nous n’allons pas dormir en tente. La deuxième équipe arrive quelques heures après, fatiguée mais ravie de sa virée, même si, par manque de signalisation, elle n’a eu aucun moyen de savoir si elle est allée au bout. Le maillot jaune est toujours maillot jaune, tandis que le Kenyan blanc a pris le parti de faire l’ascension dans la neige en baskets. Les fumeurs fument, les amateurs de pisco reprennent de la potion magique, l’ambiance est au beau fixe, et l’impression générale est que tout se fait avec facilité.

La Patagonie chilienne dans toute sa splendeur

Le lever du soleil sur les Cuernos du Paine est absolument sublime, l’un des tops de ce trek, et nous prenons le temps de l’admirer puisque cette journée de marche est plus courte que la veille. 

Lever du soleil sur les cornes du Paine - Chili

Direction le refuge central de Las Torres, alors que le paysage s’aplanit et que des groupes se forment. Certains vont même jusqu’à courir pour tenter de distancer le maillot jaune, mais c’est peine perdue, ils ne reprendront que 20 secondes au classement général. 

Les paysages sont toujours à la hauteur de nos attentes. L’impatience d’arriver au refuge et de pouvoir enfin admirer les tours du Paine se fait sentir. 

Les cornes du Paine en plein jour - Parc Torres del Paine, Chili

A Las Torres et après avoir porté les tentes pendant 3 jours, nous décidons finalement de les inaugurer. Nous apercevons les tours au loin, et n’attendons qu’une chose : le lendemain matin pour les voir de près. Alors qu’Antoine nous prépare le festin du dernier soir (nouilles chinoises, arôme de poulet, lentilles et knackis), nous installons le campement. Nous dînons pour la première fois dehors, et il fait froid. Heureusement nos sacs regorgent de surprises ; quelques bouteilles de vins chiliens feront l’affaire pour un vin chaud d’anthologie. Il faut bien vider les sacs pour la dernière ascension…

Arrivée au camping Las Torres, première vue sur les tours

Ascension des tours en pleine nuit - Parc National Torres del Paine, Chili

En pleine nuit, une bonne partie de la troupe met les voiles avec le projet d’arriver à la base des tours pour le lever du soleil. Alors que les prévisions météo de la veille n’étaient pas bonnes, ils arrivent, après quelques heures d’ascension dans la neige à pister le puma, à temps pour assister à ce spectacle hors-du-commun. La moitié de l’ascension, pendant la nuit noire est épique, mais l’arrivée en vaut le coup, les photos de nos vaillants équipiers le prouvent. Le maillot jaune reste en tête, tandis que le Kenyan blanc semble à l’aise dans ses baskets. La moitié de la troupe restée en bas en profite pour ranger le campement tranquillement.

Lever du Soleil sur Torres del Paine - Patagonie chilienne

Tout le monde se retrouve pour le déjeuner et la visite à l’EcoCamp Patagonia, qui nous en met plein la vue. Puis nous faisons route vers Puerto Natales, où nous visitons encore quelques beaux lodges patagons avant de nous arrêter dans l’un d’eux, l’Altiplanico, où nous passons notre dernière soirée et notre dernière nuit tous ensemble. Le lendemain, nous faisons nos aurevoirs à l’équipe d’Argentine, provisoires puisque nous nous retrouverons l’année prochaine lors du séminaire qu’ils nous concocteront ! 
 
Retrouvez le circuit complet en ligne : trek Torres del Paine en Patagonie chilienne.
 

Contactez Cassandre de Terra Chile pour plus d'informations:  
contacto@terra-patagonia.com

Visualisez ce circuit sur la carte ci-dessous:


Afficher Chili: Trek Torres del Paine, challenge relevé par les équipes Terra Patagonia sur une carte plus grande